« L’être simplifié que l’auteur d’une autobiographie met en scène dans sa narration ».

Écrire une autobiographie était une énorme tâche à entreprendre. C’est possible pour n’importe qui et beaucoup de gens pensent pouvoir le faire. Mais très, très peu passent à l’acte. Pourquoi donc? Parce que c’est vraiment laborieux. Parce que rappeler les souvenirs constitue un exploit, et ceux qui reviennent peuvent être encore chargés de gêne et de douleur, ou simplement résister aux mots. Parce que peu de gens veulent, le temps d’écrire ne serait-ce qu’un compte rendu superficiel de leur vie, rester en compagnie de l’être simplifié que l’auteur met en scène dans sa narration. Le « moi » peut facilement devenir un compagnon de voyage indésirable, à la manière des gens légèrement mythomanes et insincères.

Nuala O’Faolain, L’histoire de Chicago May.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s