Chien – Confession à midi, de Paul Nizon.

À la recherche de l’essentiel, il a renoncé à tout. Âpre, simplissime, magnifique.

Publicités

La Panne, de Dürrenmatt.

Arrêté par une panne de voiture dans un village où il doit passer la nuit, il se retrouve dans une soirée mémorable avec trois retraités de la justice, qui l’invitent à jouer le coupable. Coupable de quoi?
Un livre très court et un classique, un peu suranné maintenant (1958) – on a déjà lu des choses comme cela, même si cela donne à réfléchir sur ce qu’est la justice, la culpabilité… L’introduction de Dürrenmatt, sur l’écriture, est amusante et intéressante, il y règle ses comptes entre autre avec son adversaire Max Frisch (Homo Faber, magnifique).